Inter-Culturel            
La Maison - Inter-Culturel
Accueil Sc. Humaines | Autres textes | Média | Rendez-vous | Sur le Web [RSS] | Le Collectif | La Maison | Forum | Liens | Glossaire | Thèmes | A lire | News Letter Contact

inter-culturel
Défaire tous les racismes

On soutient

IZUBA éditions

La Nuit Rwandaise
La Nuit rwandaise
L'implication française dans le génocide des Tutsi au Rwanda


O rigines

Afrique Conseil

LMP

CLARIS

Lady Long Solo

CVUH


Glossaire
Communautés, populations et nations
Autochtones ?
"populations autochtones", "minorités ethniques autochtones", "groupes tribaux", ...
 

Autochtones ?

Quelques définitions...

Les peuples autochtones, ou peuples premiers, ou peuples indigènes, sont les peuples descendants des premiers habitants des terres sur lesquelles ils vivent.

Ce sont « les descendants de ceux qui habitaient dans un pays ou une région géographique à l’époque où des groupes de population de cultures ou d’origines ethniques différentes y sont arrivés et sont devenus par la suite prédominants, par la conquête, l’occupation, la colonisation ou d’autres moyens ». Ils sont souvent sous domination culturelle, économique, sociale, politique et ne représentent qu’une minorité au sein d’États qui ne les reconnaissent pas en tant que peuples distincts. Ils sont souvent fortement dépendant d’écosystèmes nourriciers, possèdent leur propres organisations socio-culturelles et des modes de vie marginaux.

En 2007 les peuples autochtones représentent environ 370 millions d’individus vivant dans plus de 70 pays. Ils forment au moins 5000 groupes autochtones différents, et autant de cultures différentes, parlent plus de 4000 langues dont la plupart sont en danger et risquent de disparaitre d’ici la fin du 21e siècle.

Au cours des trente dernières années, les peuples autochtones se sont fortement déplacés de leurs terres traditionnelles vers les villes, pour chercher de l’emploi mais aussi à cause de violations et abus des droits de l’homme, notamment des droits à leurs terres et à la survie culturelle. Dans de nombreux pays ils sont plus de 50% à vivre en régions urbaines.

Aujourd’hui, ces peuples s’organisent et luttent pour se faire entendre et demander le droit de vivre leur différence, le respect de leurs organisations sociales et la fin de l’exploitation des ressources situées sur leurs territoires.

La Déclaration sur les droits des peuples autochtones a été adoptée le 13 septembre 2007 à New York par l’Assemblée générale des Nations unies malgré l’opposition des États-Unis, du Canada, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Cette résolution est juridiquement non contraignante mais représente un réel progrès, elle affirme les droits des ces peuples à réparation et à l’autodétermination.

__

Dans les textes officiels :

Les expressions " populations autochtones ", " minorités ethniques autochtones ", " groupes tribaux " et " tribus répertoriées " désignent des groupes sociaux ayant une identité sociale et culturelle qui les distingue de la société dominante et qui fait qu’ils risquent d’être désavantagés dans le processus de développement.

Dans cette directive, ces groupes sont désignés par l’expression " populations autochtones ".

Dans leur constitution nationale, leurs statuts et d’autres textes législatifs pertinents, nombre des pays emprunteurs de la Banque incorporent des définitions et des dispositions juridiques constituant un point de départ pour l’identification des populations autochtones.

Étant donné la multiplicité et la fluidité des milieux où vivent les populations autochtones, une définition unique ne saurait rendre compte de leur diversité. Elles appartiennent fréquemment aux couches les plus pauvres de la population. Leurs activités économiques vont des cultures itinérantes en forêt ou aux abords des forêts au travail salarié, voire au petit commerce. Dans certaines zones géographiques, ces populations peuvent être identifiées grâce à la présence, à des degrés divers, des caractéristiques suivantes :

a) un attachement profond aux territoires ancestraux et aux ressources naturelles de ces territoires ;

b) l’autodéfinition et la définition par autrui de ces populations comme un groupe culturellement distinct ;

c) une langue autochtone qui diffère fréquemment de la langue nationale ;

d) l’existence d’institutions sociales et politiques coutumières ;

e) une production principalement axée sur la subsistance.

(Directive opérationnelle 4.20 de la Banque Mondiale)

___

"Par communautés, populations et nations autochtones, il faut entendre celles qui, liées par une continuité historique avec les sociétés antérieures à l’invasion et avec les sociétés précoloniales qui se sont développées sur leurs territoires, se jugent distinctes des autres éléments des sociétés qui dominent à présent sur leurs territoires ou parties de ces territoires. Ce sont à présent des éléments non dominants de la société et elles sont déterminées à conserver, développer et transmettre aux générations futures les territoires de leurs ancêtres et leur identité ethnique qui constituent la base de la continuité de leur existence en tant que peuple, conformément à leurs propres modèles culturels, à leurs institutions sociales et à leurs systèmes juridiques (par. 379)."

Cette continuité historique "peut consister dans le maintien, pendant une longue période jusqu’ici ininterrompue, de l’un des facteurs suivants ou de plusieurs :

a) l’occupation des terres ancestrales ou au moins d’une partie de ces terres ;

b) l’ascendance commune avec les premiers occupants de ces terres ;

c) la culture en général ou sous certaines de ses manifestations (telles que religion, vie en système tribal, appartenance à une communauté autochtone, costume, moyen d’existence, mode de vie, etc.) ;

d) la langue (qu’elle soit utilisée comme langue unique, comme langue maternelle, comme moyen habituel de communication au foyer ou dans la famille, ou comme langue principale, préférée, habituelle, générale ou normale) ;

e) l’implantation dans certaines parties du pays ou dans certaines régions du monde ;

f) d’autres facteurs pertinents" (par. 380).

Du point de vue de l’individu, l’autochtone est la personne qui appartient à une population autochtone par auto-identification (conscience de groupe) et qui est reconnue et acceptée par cette population en tant que l’un de ses membres (acceptation par le groupe).

(José R. Marthez Cobo - voir document pdf ci-dessous)

A LIRE

ÉTUDE DU PROBLÈME DE LA DISCRIMINATION A L’ENCONTRE DES POPULATIONS AUTOCHTONES

par José R. Marthez Cobo

Rapporteur spécial de la Sous-Commission de la lutte centre les mesures discriminatoires et de la protection des minorités

VOLUME V - CONCLUSIONS, PROPOSITIONS ET RECOMMANDATIONS

Télécharger ci-dessous les conclusions du rapport au format pdf :

PDF - 6.6 Mo

__

+ d’infos sur le site : Peuples autochtones | Formation-Recherche



Les rendez-vous


Les 10 derniers articles
Virer l’Afrique de l’histoire de France
Misère du culturalisme
France : « grève de la vie » contre la xénophobie d’Etat
Réflexions autour de la notion de « racisme d’Etat »
La France se mobilise face à la xénophobie et à la politique du pilori
L’increvable logiciel colonial
Identité nationale et passé colonial : pour un véritable débat
Colonisés-immigrés et “périls migratoires”
L’ennemi intérieur, de la guerre coloniale au contrôle sécuritaire
Le faux problème des sans-papiers


Glossaire
Autochtones ?
Du racisme au racialisme
Identité(s)
La construction identitaire
Le Code de l’Indigénat
Le racialisme ?
Négrologie
Négrologues
Psychiatrie coloniale
Représentations sociales
Stratégies identitaires


Thèmes
| A lire | Afrique | Agenda IDF | Argentine | Belgique | Bolivie | Côte d’Ivoire | Chine | Cinéma | Colonialisme | Concert | Conférence-débat | Congo | Croyance | Culture | Discriminations | Ecole | Esclavage | Europe | Exposition | idéologie | Identité | immigration | insécurité | Littérature | Mali | Maroc | Média | Pérou | Pologne | Propagande | Racialisme | Rapports et brochures | Représentations | Rwanda | Théatre | Turquie

A lire
"stratégies identitaires et représentations sociales"
Colonisation
L’histoire coloniale de la France de 1871… à nos jours
Le faux problème des sans-papiers
Racisme

webpropulsé par Ad Nauseam
avec Spip et Free.fr

Administration